TROUBLES AUDITIFS :

Les variations de pression lors de l’atterrissage provoquent des troubles auditifs pouvant être responsables d’une otite barométrique. Pendant la descente il faut déglutir fréquemment afin d’équilibrer les pressions dans l’oreille moyenne et ainsi éviter les rétractions tympaniques.

MAL DE L’AIR :
Pour les personnes sensibles au mal des transports, le mal de l’air se traduit par des maux de tête, des nausées, des sueurs, et des vertiges.
Pour le réduire : choisir une place au centre de l’avion.
Eviter les repas copieux et l’ingestion d’alcool.

Eventuellement, prendre un traitement préventif (sur prescription médicale et en respectant les contre-indications) par un antihistaminique ou par un antivertigineux.

SYNDROME DE LA CLASSE ÉCONOMIQUE :
Le syndrome de la classe économique correspond à une thrombose veineuse qui peut conduire à une embolie pulmonaire.
Ce type d’accident est plus fréquemment observé pendant ou au décours de vols de longue durée, en raison de l’immobilité.

Les facteurs de risque connus sont : des antécédents de thrombose veineuse ou d’embolie pulmonaire, un âge supérieur à 40 ans (le risque augmente avec l’âge), la prise d’oestrogènes (contraceptifs oraux, hormonothérapie), la grossesse, une intervention chirurgicale ou un traumatisme récent (en particulier ceux concernant l’abdomen ou les membres inférieurs), un cancer, des anomalies de la coagulation, la consommation de tabac, l’obésité et les varices veineuses.

Les sujets présentant un ou plusieurs de ces facteurs de risque doivent consulter un médecin avant leur départ.

> A titre préventif, il est recommandé pendant le vol de : pratiquer plusieurs fois quelques exercices (déplacement dans l’avion, flexions-extensions des chevilles).
> Eviter de croiser les jambes, porter des vêtements amples, éviter gaines et ceintures, boire (de l’eau) fréquemment (1litre/4 heures), ne consommer ni tabac, ni somnifère.

> Les personnes ayant des antécédents veineux peuvent, de plus, porter des bas de contention.
La prescription d’HBPM (héparine de bas poids moléculaire) ou d’un traitement veinotonique peut être justifiée, mais relève d’une consultation médicale.

DÉCALAGE HORAIRE
RECOMMANDATIONS DE L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ :
Le décalage horaire peut provoquer une indigestion, un malaise général, de l’insomnie et réduit les performances physiques et mentales.
Les voyageurs qui prennent des médicaments à heure régulière (par exemple : insuline, contraceptifs oraux) doivent en parler avec leur médecin.

Les médicaments “endormisseurs” peuvent aider à retrouver une phase normale de sommeil. Leur prise doit s’effectuer après avis médical.

Les mesures suivantes peuvent réduire les effets du décalage horaire :
> Etre reposé avant le départ et essayer de dormir pendant le vol.
Dormir, par 24h, un total d’heures égales à ce que l’on dorme habituellement.
> Boire abondamment (des boissons non alcoolisées) avant et pendant le voyage. > Manger légèrement et boire peu d’alcool pendant le vol.
Pour les séjours de courte durée, il n’est pas toujours nécessaire de compenser le décalage horaire.
Ne pas hésiter à consulter un médecin.

CONTRE-INDICATIONS
RECOMMANDATIONS DE L’ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ :

Les voyages en avion sont contre-indiqués dans les cas suivants:
> Nouveaux-nés de moins de 7 jours.
> Femmes enceintes dans les 4 dernières semaines de la grossesse (8 semaines en cas de grossesse multiple) et dans les 7 jours qui suivent l’accouchement. Cependant, avec l’accord d’un médecin, le voyage peut être autorisé à partir de 24 heures après l’accouchement en cas de besoin impérieux, à la condition que les saignements soient arrêtés et que le taux d’hémoglobine soit correct.
http://www.pasteur-lille.fr/fr/sante/pdf/femme.pdf

• LES PERSONNES PRÉSENTANT :
> une crise d’angine de poitrine.
> un syndrome de décompression après de la plongée sous-marine. Par ailleurs, les sujets ayant pratiqué de la plongée, plusieurs jours de suite, ne devraient pas voyager dans les 24 heures qui suivent l’arrêt de cette pratique; le délai est de 12 heures pour une plongée ne dépassant pas 2 heures.
> une augmentation de la pression intracrânienne (due à une hémorragie, un traumatisme ou une infection),
> une infection des sinus, des oreilles ou du nez (en particulier si la trompe d’Eustache est bouchée).
> une affection respiratoire chronique.
> un essoufflement au repos.
> un pneumothorax.
> des hématies falciformes.
> une hypertension artérielle avec une pression systolique supérieure à 200 mm Hg.
> une affection psychiatrique récente.

• Les voyages en avion sont également contre-indiqués, au décours d’un infarctus du myocarde, dans les jours qui suivent un acte chirurgical ou un traumatisme qui favorise le piégeage d’air (traumatisme abdominal, chirurgie gastro-intestinale, lésions crâniofaciales et oculaires, interventions neurochirurgicales, chirurgie oculaire...).

ATTENTION AUX ARTICLES PROHIBÉS EN CABINE :
> Armes à feu
> Armes blanches
> Objets contondants
> Substances et matières dangereuses

BAGAGES DE SOUTE

• Seuls les bagages classiques seront acceptés comme bagages enregistrés, les objets volumineux ou encombrants (téléviseurs, gros appareils ménagers, mais aussi planches à voile excédant une certaine dimension, etc.) étant obligatoirement expédiés en fret. En ce qui concerne le transport en soute de certains autres bagages particuliers, tels que vélos, skis, instruments de musique... Consultez au préalable la compagnie à bord de laquelle vous envisagez de voyager.

• Vos bagages enregistrés sont transportés gratuitement en soute jusqu’à une certaine limite de poids (ou de nombre) appelée “franchise”, variable selon la destination et le type de billet détenu. Au-delà, il vous faudra acquitter une taxe par kilo ou bagage supplémentaire. Consultez au préalable la compagnie à bord de laquelle vous envisagez de voyager.

• Pour des motifs de sécurité et de sûreté, les règlements nationaux et internationaux du transport aérien interdisent de placer des objets dangereux dans les bagages de soute. Il s’agit de tous les articles explosifs, inflammables (briquets, allumettes), corrosifs, oxydants, irritants, toxiques, radioactifs, magnétiques, le chlore, la peinture et les gaz comprimés (par exemple un butane de camping).

BAGAGES DE CABINE
Vous pouvez emporter gratuitement en cabine, en sus de la franchise de soute, sous votre propre responsabilité pendant tout le voyage, un unique bagage dont le total des trois dimensions (largeur, longueur, profondeur) ne dépasse pas 115 centimètres (par exemple 20+ 55+ 40 cm, roues et poignées incluses) et dont le poids ne devra pas excéder 10 kilos en règle générale. En cas de dépassement, la compagnie est en droit de placer le ou les bagage(s) excédentaire(s) en soute.

EST EN PRINCIPE ACCEPTÉ EN CABINE SANS SURTAXE (à titre d’exemple):

> Un sac à main (à l’exclusion d’un fourre-tout).
> Un porte document ou un ordinateur portable n’excédant pas 15 cm d’épaisseur.
> Un parapluie ou une canne (non garnis d’une pointe).
> Un appareil photo, une paire de jumelles, une caméra ou un caméscope.
> De la lecture en quantité raisonnable.
> La nourriture des bébés pour le vol.
> Un couffin, une poussette pliante ou un siège auto homologué pour bébé.
> Une paire de béquilles, un appareil orthopédique.
> Un chien de passager malvoyant ou malentendant, s’il est admis en cabine (muselé)
Ne placez dans vos bagages à main aucun objet considéré comme dangereux, dont le transport en cabine est prohibé : arme, même une arme de collection ou un jouet, matraques, outils, couteaux (y compris canifs), ciseaux, limes à ongles métalliques, rasoirs à lame, bombe paralysante, etc. Ils seraient inévitablement détectés par les rayons X lors du contrôle de sûreté qui a lieu avant l’accès en zone d’embarquement, et confisqués, voire détruits. Sont en revanche tolérés dans les bagages à main une bombe de laque, un parfum en aérosol ou des médicaments à base d’alcool.